S’entraîner : une nécessité pour les Sauveteurs en Mer

Plusieurs fois par semaine, les Sauveteurs en Mer s’entraînent, pour maintenir savoir-faire et réactivité lors d’opérations de sauvetage. Au Tréport, les sauveteurs ont délaissé momentanément la mer pour un exercice en eaux vives, adapté aux évacuations lors d’inondations.
""
Légende
Cet exercice atypique a pour but d’apprendre à nager dans des eaux aux forts courants, d’extraire des personnes isolées, et d’utiliser le matériel spécifique dans cet environnement. © Dominique Féron - Ulterior Portus

Le samedi, c'est jour de marché dans la paisible localité du Tréport. Le 13 juin 2020, les promeneurs rejoints par le maire et plusieurs élus ont assisté à un exercice très spectaculaire à l'entrée du port de pêche.
Ici, La Bresle, qui sert de limite entre la Seine-Maritime et la Somme, se jette dans le port de commerce. Son trop-plein est déversé dans le port par une écluse qui créée un fort courant.

Pour la première fois, dix canotiers se sont entraînés en eaux vives.
"Nous sommes agréés par la Sécurité civile pour intervenir lors des inondations dans l'arrière-pays et du déclenchement du plan d’urgence ORSEC - Organisation de la réponse de sécurité civile - ce qui arrive de plus en plus souvent", explique le président de la station, Éric Chevallier.


Ce premier exercice avait donc pour but de développer la cohésion et l'esprit d'équipe. Outre l'utilisation de matériels inédits, spécifiques aux eaux douces, les sauveteurs interviennent souvent en baie de Somme où il y a beaucoup de courant. "Maintenant, avec les équipements modernes, tomber à l'eau est moins dramatique. Les hommes apprennent à se laisser dériver pour sortir du courant et ainsi être récupérés. Nous intervenons également pour porter assistance à des personnes isolées par la marée en pied de falaise où il y a un ressac important."

Un exercice très instructif, qui sera reproduit pour former une autre équipe. Ceci grâce à l'aimable autorisation des autorités portuaires et de la chambre de commerce, gestionnaire du port.

Des entraînements tout au long de l'année

La station du Tréport existe depuis plus d'un siècle. Actuellement équipée d'une vedette de deuxième classe de nouvelle génération, la SNS 209 JC Fortini, longue d'11,95 mètres, avec deux moteurs Caterpillar de 400 chevaux chacun, elle se situe entre la station de Dieppe, équipée d’un canot tous temps, et celle de Cayeux-sur-Mer et son semi-rigide. Sous la direction du patron Bruno Fortini, les dix-neuf canotiers s'entraînent régulièrement pour pouvoir intervenir en toutes circonstances.

«Nous participons à de nombreux exercices inter-stations avec Dieppe, Saint-Valéry-en-Caux, Cayeux... et bien sûr avec l'hélicoptère de la Marine nationale, le Guépard Whiskey basé au Touquet », précise le président.

Les interventions sont essentiellement des recherches de victimes à la mer et de bateaux en difficulté. Parfois en appui avec les moyens lourds qui sont basés à Dieppe et à Boulogne-sur-Mer. La station est donc toujours en alerte avec son équipe de canotiers solidaires et motivés.

""
Savoir lire le plan d’eau pour y évoluer en toute sécurité, l’un des enjeux de l’exercice. © Dominique Féron - Ulterior Portus

Nos sauveteurs s'entraînent toute l'année pour être prêts à intervenir en toutes circonstances. Grâce à votre soutien, vous les aidez à être prêts lors d'opérations de sauvetage !

Article rédigé par Jacky Lebuhotel, paru dans le magazine Sauvetage n°153 (3ème trimestre 2020).